La rencontre (Partie II)

La rencontre (Partie II)

PARTIE I

– Çà te dérange ?

– Bah. Tu fais ce que tu veux.

J’essayais alors de continuer ma lecture, mais j’écoutais attentivement sans oser regarder. Bruissements réguliers du drap. Bruits de succion humide. Halètements allant crescendo. Une branlette sauvage, rapide, allant droit au but. Arrêt brutal, un petit gémissement de sa part. Je triquais comme un fou, tournant les pages sans les lire.

– J’ai rien pour essuyer, dit tout à coup Jean. Passe-moi quelque chose.

Là, j’ai hésité : obéir en espérant apercevoir quelque chose ou refuser pour marquer mon indifférence feinte. J’ai répliqué :

– C’est bon, débrouille-toi. T’aurais pu y penser avant.

– Putain, t’es lourd.

Il a brutalement repoussé les couvertures et s’est levé, se dirigeant au pied des lits. Il était nu, son caleçon à la main, et je n’ai osé le regarder que de dos, matant ses fesses poilues. Pendant qu’il s’essuyait, j’ai repris ma fausse lecture, le cour battant la chamade.

Soudain, je fis un bond dans le lit quand quelque chose de mou m’atterrit sur la gueule. Je repoussais mon livre et prit le vêtement à deux mains, sans comprendre. C’était l’un de mes t-shirts. Il était gluant et l’odeur caractéristique atteignit mes narines. Je me retrouvais avec un peu de sperme sur le nez et sur les doigts. J’ai gueulé :

– Espèce de connard ! Tu pouvais pas prendre tes fringues ?!

– Oh, ta gueule. T’avais qu’à m’aider.

Je me suis tu, j’ai jeté le t-shirt par terre. J’étais emmerdé, j’aurais dû aller à la salle de bain pour me laver la figure, les mains. Mais j’avais une gaule terrible. J’ai fait comme si de rien n’était. Jean était encore debout au pied de son lit. Il avait renfilé son caleçon. Sa bite n’était pas encore complètement au repos et faisait une belle bosse. Il me regardait avec un petit sourire sardonique. Puis il s’est recouché et j’ai éteint la lumière. Je n’ai pas osé me branler, mais profitant de l’obscurité, j’ai léché mes doigts et ramassé le peu qu’il y avait sur mon nez. Le goût était fort, âcre, et terriblement excitant.

Le lendemain, il alla le premier à la salle de bain. J’en profitais pour sniffer mon t-shirt souillé. Lors de mon passage dans la salle de bain, il me fallut moins de trente secondes pour juter dans la baignoire. Petit-déjeuner, puis visites. Retour au logis. Dîner. Retour dans la petite chambre. Quand je suis revenu des toilettes, Jean était déjà au lit. J’avais loupé le spectacle. Je me suis couché et j’ai pris mon bouquin. Mais lui avait envie de se taper la discute :

– C’est chiant les visites, non ?

– Un peu, oui.

Conversations platoniques. Puis :

– Tu fais pas de sport ?

– Non.

– Pourtant, t’es plutôt musclé.

– Ouais.

– Les sports co, c’est top. Ca forme de super groupes, vachement soudés.

Je le croyais volontiers, mais le sujet m’était pénible et je ne voyais pas où il voulait en venir.

– Tu connais le jeu du biscuit ? On y joue parfois dans les vestiaires.

– C’est quoi ? ai-je demandé, le cour battant.

– Le principe, c’est qu’on fait un cercle et on met un biscuit au milieu. On se branle tous dessus, et le dernier qui jute bouffe le biscuit trempé.

– C’est dégueulasse ! (en mon for intérieur, je pensais : c’est super excitant !)

– Pour le dernier, ouais. Ca m’est jamais arrivé.

– Faut être con pour jouer à ça. (si seulement ça pouvait m’arriver.)

– Putain, c’est toi qu’es trop con.

J’ai gardé le silence. Il a alors baissé son caleçon et a entrepris une branlette sous les draps. Je bandais encore comme un fou. Va-et-vient pendant quelques minutes, puis plus rien. J’ai jeté un oil vers lui et l’ai vu se lever. Sa queue était droite, son gland collé contre son nombril. Nettement plus longue et plus large que la mienne. J’ai cru défaillir. Hypnotisé, je l’ai regardé s’approcher. Il s’est arrêté au bord de mon lit, et j’ai demandé d’une voix mal assurée :

– Qu’est-ce que tu veux ?!

Il n’a pas répondu, a attrapé sa queue dans la main droite et s’est mis à l’astiquer. Moins de cinq secondes après, il a déchargé sans me laissant le temps de réagir : un premier jet crémeux s’est écrasé dans mes cheveux et sur mon front. Un second sur ma joue.

Le reste a coulé sur le bord de mon lit, sur mon drap. Je n’ai pas bougé, je n’ai rien dit. Je me suis senti une vraie larve et en même temps, j’étais excité comme jamais.

– Ca, c’est pour m’avoir traité de connard hier et de con aujourd’hui. Pauvre merde.

J’étais tétanisé. Il m’a essuyé sa main dans les cheveux et est retourné se coucher après avoir éteint la lumière. Je me suis endormi comme ça.

Tu veux connaître la suite ?

View Results

Loading ... Loading ...

PARTIE I

About The Author

39 ans 1m30 290KG Gros, moche, des verrues et un balai dans le cul lol. Je ne cherche rien non plus. Pas de SNAP. Juste Twitter et le site ! Maintenant que les présentations sont faites ;)   J'ai commencé à m'intéresser au porno GAY depuis mon premier film vu à l'époque sur canal+ "Gamins de Paris de Cadinot". Avec l'apparition d'internet le porno GAY est devenu une passion qui s'est développée aussi vite que la technologie de la fibre ;). Par la suite, je me suis intéressé par tout ce qui touche le Cinéma, les courts-métrages, les séries, l'actualité GAY. À plusieurs reprises, je me suis lancé sur le web pour partager toute cette passion. À l'époque, je n'avais pas pris assez de recul. Pour être blasé par les insultes, les critiques méchantes, etc. Maintenant, je reviens plus fort avec ce site et j'en suis ravi :)

Related posts

1 Comment

  1. Pingback: La rencontre (Partie I) | GayVacant

Leave a Reply

95a98302b9
/wp-admin/options-general.php?page=emc2-popup-disclaimer%2Femc2pdc-admin.php
a388e590bb
232
0
Entrée
Sortie
http://google.fr
1

AVERTISSEMENT

CECI EST UN SITE POUR ADULTES, STRICTEMENT RÉSERVÉ À UN PUBLIC MAJEUR ET AVERTI

Il peut contenir des textes, des liens, des images, des vidéos qui peuvent être choquants pour des personnes mineures ou sensibles. Je suis averti que ce site comporte des vidéos, des images et des documents à caractères sexuels pouvant heurter la sensibilité de certaines personnes. Je visite ce site de mon plein gré et renonce à toute poursuite judiciaire contre ses auteurs.

 

 

Je certifie avoir l’âge légal de la majorité dans mon pays.

Entrée Sortie